Le Bio 3/3 – Le vrai « bio » est en danger

bio légumes loupe
Photo du blog blog.sevellia.com

Le sujet du « bio » et de comment est produite notre alimentation est très vaste. Mon ambition n’est pas ici dans faire le tour mais de faire une synthèse et de vous encourager à aller plus loin. Maintenant, il existe une multitude d’informations. J’ai mis différentes sources afin que vous ayez des pistes d’exploration variées.

J’ai découpé la thématique en trois articles. Celui-ci est le troisième article. Le premier est sur « Bio »/ « non bio », quelles différences ? et le second sur Le « bio », une arnaque ?.
Voici le lien pour une liste de films documentaires qui ont approfondi les problématiques et les réflexions et qui ont rencontré des personnes pour trouvez des solutions.

Quels sont les dangers pour le vrai « bio » ?

Toutes les filières bio ne se valent pas.
« « Le modèle de la grande distribution est incompatible avec la Bio », revendique Claude Gruffat, dans son ouvrage Les dessous de l’alimentation Bio (Ed. La mer salée, 2017). Pourtant, le bio de la grande distribution domine 45 % de part de marché, contre 37 % pour les filières spécialisées (La Vie claire, Biocoop, Les Nouveaux Robinsons, etc.) et 18 % pour les circuits courts (AMAP et vente direct). « La grande distribution achète des produits qui ont fait le tour du monde pour arriver dans l’assiette du consommateur Français. Ce n’est pas cohérent sur un plan environnemental, mais aussi social, parce qu’en général c’est fait sur le dos de gens qui sont payés moins de 2€ par jour à l’autre bout de la planète. », explique le directeur de Biocoop, Claude Gruffat. » Source Kaizen.

logo agriculture bio UE AB

Un produit transformé peut être labellisé bio s’il contient au moins 95% de produits agricoles bio. Ce pourcentage était il y a quelques années de 99% en France, à cause de nouvelles réglementations européennes. Il est important de se positionner contre, de suivre attentivement son évolution, et de trouver des solutions quand c’est possible (voir paragraphe ci-dessous).

Partageant le même espace sur la Terre, il n’est pas possible pour les terres en culture biologique d’être protégée par l’air et l’eau déjà pollués. Les cultures peuvent être contaminées par des champs voisins.

Bio-emballe 2

Les produits bio industriels sont la plus part du temps emballés dans des sachets en plastiques et dans des barquettes en carton. Une grande part de ces produits ne respectent pas le rythme des saisons, et ainsi on peut trouver des tomates, poivrons, courgettes bio toute l’année, qui sont donc issus de l’importation.

La France importe plus de la moitié de sa consommation de fruits et légumes bio, car la production nationale demeure insuffisante.

Certains magasins et marques « bio » sont rachetés par des structures qui n’ont pas les mêmes valeurs que ceux promouvant le vrai « bio », c’est-à-dire respectueux de l’ensemble du système (Terre, animaux, humains, diversité, productions locales…) Par exemple, les magasins Naturalia font partie du groupe Monoprix. Et les produits « bio » des marques Bonneterre, Bjorg, Evernat, Allos, Tartex, Alter Eco… ont été racheté par Royal Wessanen, l’un des grands groupes Européens de l’agro-alimentaire. (Source : Kokopelli)

En gros, la culture « bio » n’est pas parfaite, surtout le bio industriel que je ne recommande pas, à moins que ça soit la seule et unique option.

Des solutions pour s’assurer de la qualité du bio

Comment s’assurer acheter des produits de bonne qualité biologique ?

  • Aller directement à la rencontre des producteurs sur le marché, chez eux lors des portes ouvertes ou en vente directe sur le lieu de production. Rencontrer aussi les patrons et les employés des produits cuisinés dans les foires bio.
    Par ailleurs, certains paysans – que je distingue des agriculteurs industriels – cultivent de manière raisonnée, c’est-à-dire en mettant peu d’intrants nocifs, d’autres cultivent de manière biologique sans se faire labellisé. C’est donc très important de demander aux personnes comment ils cultivent !
  • Se faire livrer un panier d’une AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysane) près de chez soi. Le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance. Il y en a partout en France, même en Île-de-France !
  • Aller dans les magasins bio qui promeuvent les produits locaux et qui sont indépendants et coopératifs comme la Biocoop, Les Nouveaux Robinsons, Bio Monde… et toutes les enseignes locales.

 

  • Se rendre dans les magasins de producteurs régionaux où on peut rencontrer les producteurs directement.

la ferme coté producteur

  • Les labels qui garantissent des produits encore plus sains et respectueux de l’environnement par des critères plus stricts sont les labels Nature et Progrès et Bio Cohérence. Vous trouverez ici un tableau comparatif entre les critères des labels Agriculture biologique et Bio Cohérence.

 

  • Si le fruit ou le légume n’est pas calibré et à une morphologie unique ou bien que c’est une variété ancienne, c’est déjà a beaucoup plus de chance de ne pas avoir été cultivé de manière non industrielle !

Fruits-moches-gueules-cassees-gaspillage-alimentaire

  • Cultivez vous-même ! En commençant par des pots herbes fines bio dans la cuisine, puis par quelques pieds de tomates et de fraises sur le balcon, jusqu’à un vrai potager dans votre jardin ! 😉 Et n’hésitez pas à vous former à la permaculture, cette philosophie globale de la vie donne des techniques pour vous faciliter la vie dans votre jardin et vous permettre de recréer le jardin d’Eden de vos rêves ! 🙂
Ferme du Bec Hellouin
Jardins de la Ferme du Bec Hellouin

A l’éternelle question « Faut-il préférer manger bio ou local ?« , je répondrais évidemment « les deux ! ». Et si un choix est à faire, à chacun de sentir ce qui est juste pour lui dans la situation donnée.

Mon réel désir : Que les nombreuses solutions créatives, à taille humaine et saines pour la Terre et tous ceux qui vivent dessus continuent d’exister, que d’autres voient le jour, et que cela devienne la « norme » ! 😉

Il est important pour moi de mentionner que je n’accuse aucun agriculteur-trice, paysan-ne dans cet article. Je suis informée des réalités de leurs souffrances, de leur emprisonnement face aux emprunts qu’ils ont fait pour s’industrialiser et se moderniser, de la difficulté de cette vocation, et également de la force de la manipulation des entreprises qui poussent à produire de la sorte pour leurs intérêts privés sans mentionner et/ou en dissimulant les informations qui auraient pu faire dire « non »… Tout mon courage à eux !

Aller + loin

ConscienceJoyeuse.com

Je vous recommande de regarder des films documentaires très bien documentés sur comment est produite notre alimentation afin de mieux vous rendre compte par vous-même. Il est difficile d’imaginer comment tout cela est produit sans avoir vu de ses propres yeux comment cela était fait. Vous pouvez trouver une liste de 18 films dans cet article.


Vous souhaitez partager cet article ?

Vous pouvez partager cet article à condition de le respecter en intégralité et d’en publier la source : consciencejoyeuse.com.


Vous souhaitez commenter cet article ?

Si vous souhaitez commenter cet article, merci d’utiliser cet espace comme un espace de partage personnel, de manière pacifique et non jugeante afin que tous aient un espace pour dire sa propre vérité et vécu en paix.
Parlez en ‘je’, partagez vos émotions, les conséquences que ça a eu pour vous…
Vous pouvez lire les articles de la catégorie des émotions et de la communication pour vous aider si besoin. Vous pouvez me contacter si vous avez besoin d’aide pour formuler ce que vous voulez partager.
Les commentaires incitant à la haine, au désamour, au jugement, à la catégorisation ne seront pas acceptés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s