Tristesse

La tristesse est une des 4 émotions principales (avec la colère, la peur et la joie).

Elle exprime une insatisfaction, plus exactement une douleur, une peine. Elle se ressent lorsqu’on a un deuil à faire, lorsqu’on ressent un manque. Elle nous pousse vers le repli sur soi, vers l’intériorisation. Physiquement, on se recroqueville, on a envie d’être seul-e. On est dans l’inaction.

Le deuil de cet objet précieux à mes yeux qui est cassé, de la perte de mon travail auquel je tenais tant , de mon projet qui ne se réalise pas, du déménagement d’un-e ami-e dans un autre pays, de la fin d’une relation, de la mort d’un proche…

Les autres nous voyant ainsi, peuvent ressentir de l’empathie avec nous, avec la souffrance qu’on vit et venir nous apporter le soutien affectif dont on a besoin. Le film Vice-Versa l’explique très bien.

Lorsque la tristesse est vécue pleinement et qu’on accepte sa présence, elle permet de prendre soin de soi, de revenir à soi. Il est important d’écouter ce pourquoi on est triste, quel est le manque que je ressens, le vide qui est devant moi et en moi. Je peux me donner de la compassion pour ce que je vis. Je libère l’énergie bloquée en moi. Je comprends que ce qui me manque est et était important pour moi. Plus je suis triste, plus c’est important pour moi et constitutif de mon équilibre affectif.

La tristesse peut nous mettre dans situation de vulnérabilité. Et pour certains se mettre en situation de vulnérabilité les rend très en insécurité. Ils refusent alors de la ressentir et peuvent la renier. Et lorsqu’ils veulent exprimer leur insatisfaction d’être face à un manque, ils choisissent plutôt de l’exprimer sous forme de colère, contre l’autre, contre ce qu’il manque, contre l’objet du manque. Ils la refoulent et refusent d’aller voir à l’intérieur et préfèrent, pour leur sécurité, accuser l’extérieur (des personnes, les circonstances, le hasard…).

Exprimer sa tristesse pleinement, laisser libre court aux flots de nos larmes peut faire peur, car on ne sait pas où on va. C’est l’inconnu. Et c’est de cet inconnu que quelque chose va sortir et va nous permettre de nous réparer, de guérir ce manque. Je peux ensuite pas à pas plus sereinement combler ce manque de manière équilibrée et juste.

Par exemple, quand une relation amoureuse se termine, on peut ressentir un manque, un grand manque d’affection, d’amour, et du coup une grande tristesse. Si on ne s’autorise pas à vivre pleinement la tristesse, on peut par exemple fermer son cœur pour se protéger afin de ne pas revivre la situation ou recommencer une relation rapidement ou s’enfermer dans sa tête à ressasser le passé. Mais le deuil n’a pas été vécu.

Si on est rempli de tristesse longtemps, la déprime voire la dépression peuvent se manifester. Il est donc important de plonger pleinement dans la tristesse et de comprendre ce qui nous manque. Si on ne va pas visiter pleinement la tristesse et qu’on reste triste en surface, la douleur et le manque sont toujours en moi et ne peuvent pas se remplir à nouveau. Je ne peux pas guérir vraiment en profondeur.

Que faire quand on ressent de la tristesse ?

Je vous invite à libérer vos larmes, à libérer votre tristesse.
Si vous n’êtes pas habitué, on peut y aller petit à petit, libérer doucement les larmes retenues. Donnez vous le temps.

Si vous vous jugez ou vous interdisez de ressentir la tristesse, écoutez ces jugements ou ses interdits. Et autorisez vous. Donnez vous un cadre sécurisant pour le faire. prenez un gros coussin, mettez vous dans un endroit moelleux et confortable, au chaud avec les objets que vous aimez et connectez vous à cette tristesse.

C’est une force que d’aller au fond de soi voir ce qui s’y passe. Une très grande force.
Vous faites face à vos ténèbres et parts de vous que vous ne connaissez pas encore.
Au fond de vous, vous trouverez de grandes richesses.
Une grande libération.
Et enfin une grande joie peut renaitre.

La tristesse part, les nuages s’en vont.
Enfin la joie et le soleil sont de retour.
Ils n’avaient pas disparu, ils étaient juste cachés par les nuages.

La joie est au fond de vous, laissez lui de la place.
Libérez vous de cette tristesse qui vous encombre, exprimez là !
La vraie joie sans se forcer, sans faire semblant que tout va bien.
La vraie, la pure, la joie de l’enfant émerveillé et plein de vie!

person-110305_960_720

 


Vous souhaitez partager cet article ?

Vous pouvez partager cet article à condition de le respecter en intégralité et d’en publier la source : consciencejoyeuse.com.


Vous souhaitez commenter cet article ?

Si vous souhaitez commenter cet article, merci d’utiliser cet espace comme un espace de partage personnel, de manière pacifique et non jugeante afin que tous aient un espace pour dire sa propre vérité et vécu en paix.
Parlez en ‘je’, partagez vos émotions, les conséquences que ça a eu pour vous…
Vous pouvez lire les articles de la catégorie des émotions et de la communication pour vous aider si besoin. Vous pouvez me contacter si vous avez besoin d’aide pour formuler ce que vous voulez partager.
Les commentaires incitant à la haine, au désamour, au jugement, à la catégorisation seront supprimés. 

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s