Juger les autres, ça libère ! ou pas …

« Nan, mais t’as vu comment elle est habillée ?! »
« Et t’as vu son pif ? »
« Olalala, regarde comme il parle, c’est la honte! »
« Il se tient n’importe comment ! »

Derrière un jugement se trouve à la fois beaucoup d’émotions diverses emmêlées les unes dans les autres et aussi de grands conflits intérieurs ! Quelque chose nous dérange et on ne peut pas s’empêcher de penser ou dire quelque chose. C’est plus fort que nous !

Il est très intéressant, d’après mon regard de chercheuse intérieure, d’étudier de plus près un jugement. Car il en dit long sur nous, les non-dits, ses zones d’ombres, les parties de soient qu’on n’ose pas exprimer ni affirmer, et les interdits qu’on s’est fixés !

mark-riechers-297222
Photo by Mark Riechers on Unsplash

Les jugements nous montrent qu’on s’empêche de faire quelque chose, qu’au fond de nous, dans nos zones interdites et refoulées, on aimerait faire !
Et que pour l’instant on ne se l’est pas encore avoué à soi-même !

Ceci ou cela est interdit dans ma représentation des choses. Quelqu’un le fait > PAAAF : Jugement ! Il sort à ce moment là ! C’est instinctif !
Observez vous ! 😉

Juger – même en silence – nuit à la santé !

J’en connais long sur le sujet étant une ex-très-grande-jugeante !
Vivre tous ces jugements m’a accaparé beaucoup d’énergie, me faisait médire, me mettait dans une énergie que je n’aimais pas : moquerie – rejet de l’autre…
J’en avais mauvaise conscience et ça me pesait.

En plus, dès que je juge, je sens en moi qu’une tension apparait, je deviens en colère et/ou stressée. Et je sens qu’à force ça fait du mal à mon corps et à ma pysché. Ca lui envoie des informations négatives, des pics de stress et d’agressivité. Je ne sais pas si vous le sentez aussi, en tout cas vous sentez peut-être que ça ne vous laisse pas en paix ni détendu-e et que ça vous donne plutôt envie de sortir la tension intérieure en disant ou en faisant quelque chose.

Au final, tout cela est devenu insupportable quand des jugements sont devenus tellement forts que ça me donnait envie de rompre la relation avec des personnes que j’aimais fort ! Alors pour garder la relation, j’ai choisi de regarder à l’intérieur ce que ça dérangeait en moi ! Grâce à ça, j’ai compris ce qui était en jeu, ça s’est apaisé en moi et j’ai pu garder la relation ! Ouf ! Et en plus vu que je me suis apaisée, les jugements ont disparu sur cette thématique là. =D

Pour m’en libérer, je fais comment ?

Les thématiques touchées peuvent être plus ou moins inconscientes, plus ou moins taboues et interdites. Plus c’est tabou, plus c’est difficile à première vue de faire le lien entre le jugement que j’ai et ce qui est touché en moi.

Cela peut paraître absurde ou incongru au début mais c’est que l’inconscient est très fort et nous fait croire que ce n’est pas vrai !
J’en ai vraiment fait de nombreuses fois l’expérience et j’ai accompagné beaucoup de personnes qui l’ont faite aussi. Une fois qu’on a compris ce qu’il se cachait derrière ces jugements : ça libère !!!!!
Faites l’exercice en vous écoutant bien et en vous ouvrant aux parties sombres de vous: celles que vous n’avez pas envie de voir, que vous n’aimez pas, qui vous ont été interdites dans votre culture familiale, par la société, par votre éducation, par vos croyances personnelles…

LES TROIS ETAPES

A chaque étapes est illustrée par des exemples, avec des niveaux d’impact plus au moins profonds. J’ai synthétisé la réalité pour que vous ayez une vue globale de comment cela fonctionne. Dans la réalité, pour arriver à comprendre profondément ce qui est touché par le jugement, cela peut prendre du temps et peut nécessiter un accompagnement.

1. Apaiser les conflits intérieurs qui m’habitent
Et mettre de la lumière dans ces zones d’ombre

mikael-kristenson-242079
Photo by Mikael Kristenson on Unsplash

Nous avons tous des jugements sur les uns, les autres, nous-mêmes. Il n’est pas ici question de se blâmer mais de les rendre utiles, et de les prendre comme des messagers qui ont des informations à nous donner sur nous-même. Allons voir ça grâce à ces exemples !

Exemple de Virginie : Jugement sur des inconnues dans la rue

Virginie jugeait beaucoup les filles s’habillant de manière ‘sexy’ ! Dès qu’elle en voyait une dans la rue, une petite voix dans sa tête faisait une remarque.
En prenant le temps de voir ce qu’il se passait en elle, elle compris qu’elle s’interdisait de prendre soin d’elle, qu’elle dévalorisait les personnes qui passaient du temps à prendre soin de leur corps et de leur apparence. Elle jugeait ça superficiel. (suite à l’étape 2)

Exemple de Pablo : Jugement sur la conjointe

Pablo est une personne vive, rapide, efficace, prenant des initiatives. Il vivait avec une femme qui prenait son temps et allait à son rythme. Pour lui, c’était insupportable ! Lui, qui avait grandi avec les valeurs de rapidité et d’efficacité. Il jugeait terriblement sa conjointe d’être ainsi et finissait par la détester à certains moments. Et ça devenait la guerre entre eux.
En creusant un peu, il se rendit compte du poids de son histoire : ses parents, pressés, ne l’attendaient pas et lui demandaient sans cesse de se dépêcher et d’aller à leur rythme. Dès qu’il prenait son temps, il était moqué ou grondé pour le forcer à aller plus vite. Il avait eu très peur d’être abandonné, oublié ou d’être perdu. Il avait donc intégré qu’il fallait se dépêcher, être rapide et être dans les premiers ! Interdit donc d’être lent, de prendre son temps, de flâner… et d’écouter et de suivre son rythme.
Une fois qu’il pris conscience de cela, déjà les jugements envers sa conjointe et les conflits s’amenuisaient. (suite à l’étape 2)

Exemple d’Anna : Jugement sur ses propres rêves de vie

Anna était une travailleuse. Elle bossait 10h par jour en semaine et même parfois le weekend. Elle se disait qu’elle au moins n’était pas une fainéante ! Elle jugeait par dessus tout ceux qui « ne faisaient rien », qui « ne pensaient qu’au vacances », et qui « partaient à 17h ». Ca la mettait hors d’elle.
Un évènement très douloureux s’est passé dans la vie d’Anna, et la amené à se demander ce qu’elle voulait vraiment faire de sa vie. Elle a regardé profondément en elle ce que ses tripes voulaient. Elle voulait réaliser ses rêves !
Elle a choisi de les voir et a, de fait, contacter des zones d’ombre, des désirs inavoués. Elle s’est rendu compte qu’elle rêvait de voyager et de faire le tour du monde ! Mais ce désir était honteux car il ne correspondait vraiment pas à ses valeurs de travail ! Et petite, on lui avait vraiment inculqué ô combien c’était important et ô combien elle n’avait pas le droit de se laisser aller à moins d’être complètement dévalorisée par ses proches ! Et elle avait mis ce rêve de côté, en essayant de se rassurer, se disant que ce rêve était fou et irréaliste, et qu’elle n’en avait « pas vraiment besoin ».
Oui, ce qu’elle rêvait de vivre à ce moment-là de sa vie, c’était ce qu’elle jugeait le plus et s’interdisait de le réaliser ! (suite à l’étape 2)

Le mécanismes dans l’inconscient

flêche rouge vers le bas

  1. J’ai envie de faire ou d’être quelque chose.
  2. Je me l’interdis ou on me l’interdit et j’absorbe cet interdit.
  3. Je me contrains à résister à cette tentation.
  4. Je l’intègre en disant que c’est la morale, « c’est comme ça » ou ça devient des valeurs profondes fondatrices de ma vie, et que personne ne doit y toucher.
  5. Quelqu’un fait cette chose interdite : c’est insupportable. Il faut qu’il se contraigne aussi. Comment puis-je accepter qu’il/elle se l’autorise et que pour moi c’est interdit ?! Injustice pure !
  6. De là une forte énergie nait en moi pour juger, faire une remarque, mettre mal à l’aise, humilier, faire respecter la règle, la morale, mes valeurs … et rétablir la « justice » !

Objectifs de l’exercice :

  1. Mettre à jour et conscientiser ce que je m’interdis,
  2. Accepter que je désire cette chose d’une manière ou d’une autre, et
  3. Libérer la tension créée par cette tentation inaccessible !

 

2. S’autoriser à réaliser ce que je jugeais

Vous aurez besoin pour cette étape là de prendre votre courage à deux mains, de croire en vous et de surmonter le potentiel regard jugeant de l’autre qui n’a lui pas contacté ses zones d’ombre !
Sautez le pas pour découvrir ce qu’il se passe de l’autre côté de votre jugement ! Vous pouvez le faire !!
Ca peut prendre du temps, ou non : à vous d’écouter votre rythme !

kristopher-roller-320078
Photo by Kristopher Roller on Unsplash

Pour moi, me libérer d’un jugement, c’est m’autoriser à être un peu plus qui je suis vraiment et me séparer des étaux qui me compressent. Je gagne en liberté !
C’est un outil génial pour écouter ma petite voix et entrer en contact avec moi plus profondément.

Le jugement, c’est ma petite voix intérieure qui toque à ma conscience et qui me dit : « tu as quelque chose à découvrir sur toi et à te libérer. Ca te rendrait tellement plus heureuse, plus vraie et plus proche de toi si tu l’écoutais ! »

Cela demande de refaire le tri dans ses anciennes valeurs et croyances. De comprendre ce sur quoi elles étaient basées et de s’ouvrir à autre chose, à d’autres possibles !

Exemple de Virginie : Jugement sur des inconnues dans la rue

Virginie, au fond d’elle, avait aussi envie de se trouver belle et séduisante.
Elle avait en fait peur qu’on la regarde, peur de s’assumer en tant que femme, de créer une attirance chez l’autre et qu’on l’accoste. Elle a très peur de ne pas savoir dire ‘non’ à l’autre si elle n’a pas envie. Elle a choisi la stratégie de s’habiller de manière passe-partout afin de ne pas faire face à cette situation.

Attention : il ne faut pas confondre stratégie et besoin !

Ici, Virginie a pris conscience qu’elle avait besoin d’assumer sa valeur et d’apprendre à poser ses limites, ce qui est difficile à faire pour elle pour l’instant. C’est pour ça qu’elle jugeait les filles qui savent se mettre en valeur physiquement et assume de se faire remarquer.
Cela ne veut pas dire que Virginie va choisir la même stratégie que ces filles là et s’habiller de manière ‘sexy’. Cela veut dire qu’elle peut choisir de porter des vêtements aux couleurs plus chatoyantes, des bijoux plus visibles… et aussi de s’habiller de manière ‘sexy’ !
Elle est maintenant libre de son jugement. Et ne remarquera même plus ces filles dans la rue, sauf pour s’en inspirer ou, si ces jugements réapparaissent, pour se rappeler qu’elle a oublié ce qu’elle avait compris !

Exemple de Pablo : Jugement sur la conjointe

Pablo a accepté d’écouter son rythme et de prendre le temps de faire les choses. Ca reste encore difficile certaines fois pour lui de le faire. Il a encore besoin de prendre du temps pour apaiser et guérir les blessures qu’il a vécu sur ce sujet.
Il sait au moins maintenant d’où ça vient et accepte beaucoup plus facilement le décalage de rythme avec sa conjointe. Il lui en a fait part et le dialogue sur ce sujet est possible entre eux deux. Ils peuvent se réajuster ensemble sur ce dont chacun a besoin quand des tensions se manifestent.

Exemple d’Anna : Jugement sur ses propres rêves de vie

Anna, suite à ce nouveau regard sur elle a décidé de consciemment quitter son ancienne vie et de réaliser ses rêves qui l’habitaient depuis l’adolescence mais qu’elle avait rejeté car ne les trouvait pas conforme à ses valeurs et à celles enseignées par son entourage. Consciemment, ça veut dire qu’elle ne s’est pas coupé de ses valeurs d’autonomie financière et de contribution à la société. Mais ce n’est, pour l’instant, plus sa priorité. Elle a décidé que voyager n’était pas de la perte de temps ! Elle a donc organisé son voyage et est partie sac au dos réaliser ce qu’elle s’était interdit avant.

Grâce au fait qu’elle s’autorise ces rêves, Anna va vivre pleinement et dire ‘oui’ à son élan de vie ! Sa hargne envers ceux qu’elle jugeait a disparu. Elle se sent apaisée, vis à vis d’elle-même, bien que son projet soit fort en émotions ! (suite à l’étape 3)

 

3. Réconcialiation entre ses différentes parts

Reconciliation main terre arbre emboitement unitéLe dernier point est de rendre compatibles les différentes parts de nous, les accepter ensemble à l’intérieur de soi, et les réconcilier. Toutes nos parts peuvent avoir de la place ! Aucune n’a à être mise de côté, oubliée ou écrasée de peur qu’elle ne surgisse.

Chaque part de nous est une stratégie pour nous rappeler un besoin que nous avons. Ces parts sont très importantes et doivent être écoutées et prises en compte pour avoir une vie équilibrée, unifiée et heureuse.

Exemple d’Anna : Jugement sur ses propres rêves de vie

Quelle synthèse peut faire Anna de ces deux élans de vie qui peuvent paraître contradictoires ?
Son premier élan de vie parlait de ses besoins d’être autonome financièrement et de contribuer à la société. Et le deuxième parlait de ses besoins de découvertes, de rencontres et de spontanéité.
A son retour, à elle d’être créative et de faire une richesse de ses deux élans. Elle peut tout à fait utiliser ce qu’elle a appris, découvert, compris lors de son voyage pour en faire son métier et contribuer à la société en utilisant ses talents et ses envies : travailler dans une agence de voyage, être bloggeuse de voyage, devenir conférencière sur des problématiques rencontrées, retourner à son métier d’origine et s’investir en parallèle dans une association… – la liste d’idées est longue !
C’est en fusionnant ces deux aspects d’elle-même et qu’elle va pouvoir prendre sa vraie place dans le monde.

Libérons nous de nos croyances, valeurs, morale exigües, lorsqu’elles nous rendent malheureux-ses, tristes, frustré-e-s et non-épanoui-e-s… 🙂

La paix à l’intérieure de soi est tellement source d’épanouissement, de liberté et de joie ! Et elle est possible !

Beau chemin intérieur à vous 🙂
Laure


Ce thème des jugements touche aux croyances et valeurs profondes qui nous habitent et les paroles prononcées ont pu soulever des questionnements voir des agacements. N’hésitez pas à me contacter si cela vous bouscule trop. 


Vous souhaitez partager cet article ?

Vous pouvez partager cet article à condition de le respecter en intégralité et d’en publier la source : consciencejoyeuse.com.


Vous souhaitez commenter cet article ?

Si vous souhaitez commenter cet article, merci d’utiliser cet espace comme un espace de partage personnel, de manière pacifique et non jugeante afin que tous aient un espace pour dire sa propre vérité et vécu en paix.
Parlez en ‘je’, partagez vos émotions, les conséquences que ça a eu pour vous…
Vous pouvez lire les articles de la catégorie des émotions et de la communication pour vous aider si besoin. Vous pouvez me contacter si vous avez besoin d’aide pour formuler ce que vous voulez partager.
Les commentaires incitant à la haine, au désamour, au jugement, à la catégorisation seront supprimés. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s